Rigoletto - Hanover - 22 juillet 2017

Rigoletto


Giuseppe Verdi

par Hélène Adam

Retransmission donnée le 22 juillet au Maschpark d'Hanovre, sur NDR

Détail :
NDR Radiophilharmonie

Keri-Lynn Wilson : direction musicale
Stephen Costello : le Duc
Ludovic Tézier : Rigoletto
Nadine Sierra : Gilda
Franz Hawlata : Sparafucile
Varduhi Abrahamyan : Maddalena
Yajie Zhang : Giovanna
Martin-Jan Nijhof : Monterone
Matthias Winckhler : Marullo

Pour sa troisième Gilda en deux mois (Opéra de la Bastille, Chorégies d'Orange et Hannover), Nadine Sierra confirme sa parfaite adéquation au rôle. Elle en a l'âme, la silhouette, la fraîcheur, le style et surtout le chant. Dès qu'elle apparait dans sa petite robe blanche de jeune fille naïve et passionnée, virevoltant autour de son bossu-bouffon de père Rigoletto, tout l'opéra tourne autour d'elle. Comme à la Bastille il y a deux mois où j'étais dans la salle, je ne regarde presque plus qu'elle, scotchée par sa présence et par son interprétation de rêve. Je le redis, c'est la meilleure Gilda actuelle et une des meilleures vues et entendues. Rien que pour elle, ce Rigoletto aurait valu le coup.
Mas il a d'autres atouts : sur la scène montée à côté du château et protégée des intempéries par un immense toit de verre (voir photo), l'orchestre en fond de scène, est tout simplement magnifique sous la battue attentive et passionnée de la chef d'orchestre (un métier où l'on manque singulièrement de femmes...) que j'avais déjà entendue (et beaucoup apprécié) à à Munich, dirigeant Aida. C'est un peu la fête des femmes d'ailleurs hier soir à Hanovre. La chef Keri-Lynn Wilson tourne le dos aux chanteurs qui évoluent devant l'orchestre mais ils peuvent la suivre sur un écran posé au sol et surtout, elle couve tout particulièrement d'une regard attentif et admiratif sa belle Gilda tout au long de la représentation. On sent une très grande complicité qui fait merveille dans le "Caro Nome", puis plus tard dans le duo père fille "Si Vendetta" l'un de plus beaux duos de Verdi (avec ceux de la Forza del destino).
Et la Maddalena de Varduhi Abrahamya n'est pas en reste : c'est bien joué, bien chanté, la mezzo s'impose sans mal dans ce spectacle en plein air absolument superbe.
Ludovic Tézier, en belle forme vocale, impose un très beau Rigoletto, torturé par la malédiction, trop naïf lui aussi et victime de l'erreur la plus funeste et la plus tragique qui ait été inventée à l'opéra, il ne ménage pas sa peine et "joue" un vrai bossu boitant sans la moindre hésitation affrontant les airs (et les aigus) du rôle de Verdi avec le talent qu'on lui connait dans ce répertoire (et on regrette encore plus qu'il n'ait pas pu chanter ce Iago tant attendu dans l'Otello de Londres fin juin, début juillet).
J'ai beaucoup plus de réserve sur le Duc de Costello, dont les aigus sont tirés et peu timbrés dès le "la" ce qui est assez inquiétant pour la tessiture d'un ténor. Il joue bien et a parfois de beaux moments (La Donna) mais l'essentiel n'est pas à la hauteur de ses partenaires.
Très beau Sparafucile de Franz Hawlata, et surprenant Monterone très jeune (et bien chantant) de Martin-Jan Nijhof.
Choeurs magnifiques et mise en scène occupant très bien les lieux, de la bande de scène réservée aux chanteurs au fond de l'esplanade où sont installés les spectateurs.

Le spectacle a été regardé en retransmission TV en direct par 25 000 spectateurs. Un franc succès pour les organisateurs.




Les plus lus....

"Clair-Obscur", récital de Jonas Kaufmann, 20 septembre 2018 à Paris

Ô Paradis - Jonas Kaufmann - concert à Munich - 10 décembre 2017